Une bibliothèque ancrée dans la modernité

En constante mutation depuis son virage numérique effectué il y a presque quatre ans, la bibliothequeduchum.ca ne se contente pas de répondre aux besoins changeants de sa clientèle, mais elle s’emploie à les anticiper. Cette année encore, l’équipe de la bibliothèque s’est propulsée hors des lieux communs de la bibliothéconomie pour innover en créant de nouveaux services et en offrant une accessibilité plus grande aux données probantes, ainsi qu’à tout autre canal et forme d’information fiable, quelle qu’en soit la provenance. Provenance qui n’a par ailleurs jamais été aussi vaste! De grandes réalisations ont pris place en 2015.

Nouvelles veilles informationnelles

Toujours à l’affût des actualités médicales, l’équipe de la bibliothèque a pressenti l’importance qu’allait prendre le virus Zika et a mis en place une veille utile pour les médecins et les professionnels du CHUM, mais également accessible à tous. De nouvelles veilles sont élaborées au quotidien selon l’évolution des besoins des équipes cliniques.

Soutien et participation à la recherche

Afin de faciliter la vie des chercheurs du domaine médical, un répertoire de stratégies de recherche a été lancé et continue d’être bonifié. Si la bibliothèque du CHUM en est l’instigatrice, elle compte sur la collaboration de partenaires de premier plan. Ainsi, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESS) ont déjà contribué à son enrichissement et d’autres s’ajouteront au fil du temps.

Acessibilité aux protocoles de recherche en français

Soucieux d’offrir une accessibilité aux protocoles de recherche systématique en français, les bibliothécaires du CHUM ont offert une traduction du diagramme de flux (PRISMA STATEMENT), de PRISMA-Statement.org/TRANSPARENT REPORTING of SYSTEMATIC REVIEWS and META-ANALYSES à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa et de University of Oxford qui en sont les promoteurs. Cette traduction est reconnue comme la version officielle en langue française. L’engagement se poursuit et mènera à la production en français de tous les autres documents liés sous peu. Rappelons que ces protocoles existaient déjà en versions allemande, italienne, coréenne, portugaise et russe.